Avortement – Ce que vous n’avez peut-être jamais imaginé sur l’interruption volontaire de grossesse (I.V.G.)…

Avortement – Ce que vous n’avez peut-être jamais imaginé sur l’interruption volontaire de grossesse (I.V.G.)…

Les faits

L’embryon est un être humain dès sa conception :

  • 17e jour : son cœur commence à battre,
  • 4e semaine : ses bras et ses jambes apparaissent,
  • 6e semaine : les doigts se forment.

La loi Veil, votée en 1975, garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Et pourtant, en 30 ans, dans notre pays, près de 6 millions d’enfants ont été tués, soit près de 23 par heure.

La loi n’autorise pas l’avortement, elle ne le dépénalise que pour les femmes en situation de détresse. Cependant, près de 9 femmes sur 10 avortent sans être en situation de détresse :

  • Ça tombe pendant les vacances
  • Je fais ce que je veux
  • La maison d’abord, l’enfant après
  • L’enfant n’est pas de mon mari…

L’accueil de l’enfant dans la société et la politique familiale sont des obligations nationales (Article 1 de la même loi). Or, il n’en est rien ; au contraire, l’avortement est de plus en plus encouragé.

 

Quelques conséquences de l’avortement

Image5

L’avortement fait prendre des risques à la mère : décès, hémorragie, stérilité, troubles psychiques persistants, angoisse, culpabilité, répulsion à l’égard d’autres enfants, etc.

Le taux de suicide chez les femmes ayant avorté est multiplié par 9. Dans les 3 mois qui suivent l’avortement, 7 couples sur 10 se séparent.

Si les enfants découvrent que leur mère a avorté, ils perdent confiance en elle et pensent : «Maman a tué notre petit frère ! Il ne faut pas la contrarier,  sinon que va-t-il nous arriver ?»

 

Mais n’oublions pas…

Très souvent, même si la mère veut garder son enfant, elle est contrainte d’avorter sous la pression de ses proches.

Il existe des associations prêtes à aider la femme enceinte en difficulté.

 

Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.

Jésus-Christ

Image7

 

Et moi ?

Depuis le début,

J’ai tout ce qu’il faut pour grandir.

Il me suffit juste de rester

Dans le ventre de ma maman.

Pourquoi ne veut-elle pas de moi ?

Est-ce qu’elle ne m’aime pas ?

Devrais-je souffrir et mourir

Parce qu’elle ne veut plus de moi ?

Papa, Maman, je voudrais tellement vivre !

Image4

 

Une ville sans artiste…

 Il y avait une petite ville de Grèce du nom de Sparte, où on éliminait les enfants les moins forts en les laissant à la merci des bêtes sauvages, dans les montagnes.

Sparte est la seule ville de ce pays à avoir tué ses enfants. C’est aussi la seule à n’avoir rien laissé à l’humanité, pas un poète, pas un musicien. Pas même une ruine.

Par Jérôme Lejeune

 

Conseil National de l’Ordre des Médecins

L’embryon, de nature humaine, appartient à notre humanité. Il y va du respect de la dignité de la personne humaine, indépendamment de la qualité propre de l’embryon.

Rapport du 21/10/1994

 

Avortement

Essayer de résoudre votre problème en tuant votre enfant ne constitue en aucun cas une solution et ne fera qu’aggraver la situation. Ce bébé à naître est vivant, et c’est votre responsabilité de le protéger pendant les 9 mois de votre grossesse.

Avez-vous déjà réfléchi aux souffrances que ce petit bébé devra endurer pendant les longs moments de sa mise à mort ? Sa douleur immense ne saurait vous laisser en repos.

De nombreuses femmes ont eu ce courage de laisser voir le jour à leur enfant, malgré des circonstances difficiles. Elles éprouvent aujourd’hui tellement de joie qu’elles ne regrettent pas leur choix.

Jésus-Christ peut restaurer votre vie, et votre vie de famille. Il peut vous donner de l’amour pour l’enfant que vous n’avez pas désiré.

Mais peut-être l’irréparable a-t-il déjà été commis… Vous avez subi un avortement. Jésus-Christ peut pardonner votre faute. Il peut vous venir en aide dans la détresse. Il affirme :

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
 
Image10