Nos enfants doivent être protégés des agressions sexuelles !

Nos enfants doivent être protégés des agressions sexuelles !

Suite aux récentes affaires d’abus sexuels sur les enfants, et face aux récidives …

Suite aux récentes affaires d’abus sexuels sur les enfants, et face aux récidives, le gouvernement français a annoncé une série de mesures de sécurité pour enrayer la situation.

 

Plusieurs propositions ont été faites :

  • Le bracelet électronique, déjà expérimenté en France et qui permet de localiser immédiatement le porteur.
  • Impossibilité de remise de peine, même avec bon comportement des détenus.
  • Castration chimique.
  • Enfin, il est question de construire un hôpital fermé pour délinquants sexuels.

Ces mesures de sécurité sont bonnes, mais ne vont pas tout régler.

Nous savons que l’environnement conditionne également l’agresseur, pouvant provoquer des pulsions non maîtrisées qui vont le conduire à passer à l’acte.

Ne faut-il donc pas agir en amont ?

 

Un exemple : La pornographie !

Au-delà des questions médicales, la pornographie est un phénomène déclencheur pour des personnes fragiles dans ce domaine !

Bien des témoignages ont montré que les personnes sont passées à l’acte après avoir consommé cette « drogue »,
par films, vidéos
ou autres.

Alors …

  • Faut-il laisser en vente libre, les revues à caractère violent, ou pornographique, qui déforment l’image de la sexualité et de l’amour chez nos jeunes enfants ?
  • Faut-il continuer de permettre l’affichage de femmes nues, provocantes, qui amènent les personnes fragiles à fantasmer sur le sexe ?
  • Faut-il tolérer des émissions radio qui parlent de la vie sexuelle du couple avec force détails ?
  • Faut-il diffuser des émissions télévisées, des films et des vidéos qui montrent du sexe et de la violence sans borne ?
  • Faut-il publier les journaux d’annonces qui donnent les coordonnés pour rencontres, ou « confessions intimes » au téléphone ?
  • Enfin, que ne voit-on pas sur internet ?…

 

Besoin d’aide …

Les personnes fragiles  et qui ont consommé tout ceci ont besoin d’aide.

Prenons un exemple : Serait-il sage de proposer un verre d’alcool à un alcoolique, ou du cannabis ou autre drogue à un toxicomane ?… Personne ne le ferait ; mais on chercherait évidemment plutôt à aider et à protéger celui ou celle qui est déjà dans la détresse !

 

Des lieux appropriés

Pourquoi ne pas disposer ce qui est relatif à la sexualité dans des lieux appropriés ?

Ainsi les enfants ne seraient pas obligés d’entendre ou de voir ces choses qui vont perturber leur épanouissement, la construction de leur personnalité…

Nos enfants n’ont-ils pas le droit d’être protégés des agresseurs et de la pornographie ?

 

Que dit le CODE PENAL de 1994 sur la pornographie ?

Il condamne ce qui est à caractère violent ou pornographique, exposé au public (Article 227-24).

Article 227-21. « Le fait de provoquer directement un mineur à commettre habituellement des crimes ou des délits est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 150000€  d’amende.

Lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans, l’infraction définie par le présent article est punie de sept ans d’emprisonnement et de 150000€ d’amende. »

Article 227-22. « Le fait de favoriser ou de tenter de favoriser la corruption d’un mineur est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75’000€ d’amende. » Ces peines sont portées à sept ans d’emprisonnement et 100’000€ d’amende lorsque le mineur est âgé de moins de quinze ans.

Les mêmes peines sont notamment applicables au fait, commis par un majeur d’organiser des réunions comportant des exhibitions ou des relations sexuelles auxquelles un mineur assiste ou participe.

Article 227-23. « Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image d’un mineur lorsque cette image présente un caractère pornographique est puni d’un an d’emprisonnement et de 75’000€ d’amende.

Le fait de diffuser une telle image, par quelque moyen que ce soit, est puni des mêmes peines.

Les peines sont portées à trois ans d’emprisonnement et à 100’000€ d’amende lorsqu’il s’agit d’un mineur de quinze ans. »

Article 227-24. « Le fait soit de fabriquer, de transporter, de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support un message à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine, soit de faire commerce d’un tel message, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 75’000€ d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur.

Lorsque les infractions prévues au présent article sont soumises par la voie de la presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions particulières des lois qui régissent ces matières sont applicables en ce qui concerne la détermination des personnes responsables. »

Article 227-28. « Lorsque les délits prévus aux articles 227-21 et 227-23 sont commis par la voie de la presse écrite ou audiovisuelle, les dispositions particulières des lois qui régissent ces matières sont applicables en ce qui concerne la détermination des personnes responsables. »

A noter également la loi N° 87-588 du 30 juillet 1987, article 99 : « Est interdite l’installation, à moins de cent mètres d’un établissement d’enseignement maternel, primaire ou secondaire, d’un établissement dont l’activité principale est la vente ou la mise à disposition au public de publications dont la vente aux mineurs de dix-huit ans est prohibée. L’infraction au présent article est punie (L. n°92-1336 du 16 déc. 1992) « de deux ans d’emprisonnement et de 30’000€ d’amende ». Pour cette infraction, les association de parents d’élèves régulièrement déclarées depuis au moins cinq ans à la date des faits peuvent exercer les droits reconnus à la partie civile. »

 

Agissons pour protéger nos enfants …

Les dirigeants de notre pays ont besoin d’être sensibilisés sur cette question importante.

  • Priez pour que le cœur de nos autorités soit rendu sensible.
  • Ecrivez aux personnalités qui ont un pouvoir de décision.
  • Utilisez les bons arguments.
  • Avertissez les enfants des dangers qui les environnent.

 

Vous pouvez exprimer votre opinion et écrire à:

Premier Ministre
Hôtel Matignon
57 Rue de Varenne
75700 Paris

 

Secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères et aux Droits de l’Homme
37 Quai d’Orsay
75007 Paris

 

Président de l’Assemblée Nationale
126 Rue de l’Université
75355 Paris 07 SP
Ministre de l’Intérieur
Place Beauvau
75800 Paris

 

Ministre de la Justice
13 Place Vendôme
75042 Paris Cedex 01

 

Vous pouvez faire une lettre type et changer simplement l’entête et la conclusion. Ecrivez en votre nom, brièvement, en restant courtois et persuasif.