Nouvelle alarmante : le processus est lancé, la recherche sur l’embryon pourrait être libéralisée dès le 28 mars !

Nouvelle alarmante : le processus est lancé, la recherche sur l’embryon pourrait être libéralisée dès le 28 mars !

Mme Dominique Orliac, députée du Lot, a été désignée rapporteur pour la proposition de loi qui entend lever l’interdiction de la recherche sur l’embryon, à l’Assemblée Nationale .

 

Le processus est lancé. La proposition de loi sera inscrite à l’ordre du jour de la commission des Affaires Sociales la semaine du 18 mars, et elle passera dans l’hémicycle le 28 mars.

 

Source : Journal de campagne contre la recherche sur l’embryon – www.vous-trouvez-ca-normal.com – de la Fondation Lejeune

 

La proposition de loi sera bien examinée par l’Assemblée Nationale.

La Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale a désigné, le 30 janvier, un rapporteur sur la proposition de loi visant l’autorisation de la recherche sur l’embryon humain. Le mécanisme est enclenché à l’Assemblée Nationale.

La désignation d’un rapporteur crée les conditions du passage du texte devant l’Assemblée. Il ne manque plus que sa mise à l’ordre du jour.

Si la proposition de loi est adoptée dans les mêmes termes que le texte du Sénat, la navette parlementaire s’arrête, la loi est définitivement votée. Une transgression majeure touchant le respect de l’être humain sera gravée dans le marbre.

M. Roger-Gérard Schwartzenberg président du groupe Radical prétend que l’ «on ne peut pas, dans un Etat laïque, confondre article de foi et article de loi ». On connait donc les fondements idéologiques de la volonté de recherche sur les embryon. Il existe pourtant d’autres solutions comme les cellules iPS, non embryonnaires, qui font déjà l’objet d’investissement dans de nombreux pays. L’embryon humain est un être humain, et tous les scientifiques s’accordent à le dire. Ne dénaturons pas l’embryon.

La Fondation Jerôme Lejeune dénonce l‘insuffisance des arguments des défenseurs du projet de loi. Afin de rappeler l’importance de l’interdiction de la recherche sur l’embryon, la Fondation a lancé une campagne de mobilisation Vous trouvez ça normal ? qui rencontre un grand succès.

 

Comment agir ?

 

 

Je suis un être humain.