Veilleurs – Mardi 23 avril – Témoignage

Veilleurs – Mardi 23 avril – Témoignage

 

 

J’avais entendu parler du mouvement des veilleurs, et il me semblait qu’un mouvement important se créait. Je ne voulais pas manquer l’occasion d’exprimer mon désaccord avec la loi sur le mariage pour tous qui venait d’être votée. Ainsi je me suis rendue aux Invalides mardi soir à l’issue de la manifestation organisée par la Manif pour Tous.

 

 

Sur place vers 22h, je suis surprise par l’ambiance calme, détendue et relativement bon enfant qui règne sur la foule. Je ne peux pas dire qu’on ressentait une tension, mais la déception était perceptible. Les veilleurs ne sont pas encore en place, et ce sont les manifestants (qui ont marché de l’assemblée nationale jusqu’à l’esplanade des Invalides) qui sont présents. Des jeunes montent sur les lampadaires pour accrocher des drapeaux de la Manif, ou des drapeaux français, encouragés par ceux qui restent au sol. Il y a un peu de tout le monde : des jeunes principalement, des parents, des plus vieux, quelques politiques. Le rassemblement est très encadré par les CRS : les rues avoisinantes sont bloquées par des camions pour repousser la foule en cas de débordement, et ils encadrent de près les manifestants. Mais on commence à s’habituer à leur présence, à force, et ils sont rassurants…

Les casseurs

(Cliquez sur le titre pour voir une vidéo)

Vers 22h30, une fusée de détresse rouge est allumée, et à l’instant même, l’ambiance de la manifestation est changée : un gros mouvement de foule se crée en direction de l’assemblée nationale. Peu de temps après commence une lutte entre une foule en colère et les CRS qui pourtant ne bougent pas. D’autres CRS arrivent rapidement en renfort, sous la huée de centaines de personnes. Mais on sent bien que la foule présente n’est pas celle qui ferait une révolution : elle fuit dès que les CRS les encadrent d’un peu trop près… Quelques minutes plus tard, beaucoup réalisent que le mouvement qui se crée n’a rien de bon : contestation, oui, mais pas au prix de la violence, et surtout envers les CRS. La foule reste, curieuse, mais on appelle alors « casseurs » ceux qui ne se lassent pas de lancer des projectiles, scandant des slogans contre le gouvernement actuel. La majorité, cependant, espère bien que ce mouvement n’ira pas trop loin.

Les veilleurs

(Cliquez sur le titre pour voir une vidéo)

M’éloignant un peu, je retrouve plusieurs centaines de personnes, assises dans l’herbe, au début de l’esplanade des Invalides. Ce sont les veilleurs. Des jeunes principalement. Pas un bruit. On se sent proche de ceux qui nous entourent. On partage le feu pour allumer les bougies et on suit ensemble les paroles des chants. Les chants sont chantés tout doucement, comme des chants d’espérance d’une multitude qui soupire. Un jeune animateur parle doucement, et encourage les veilleurs à s’assoir, à se resserrer, et à ne pas se laisser distraire. Une chorale chante le dernier chœur de la passion selon Saint Jacques, a capella. Une violoncelliste joue du Bach. Des textes sont lus, d’Aragon à Gandhi… Pour applaudir, on agite les mains en l’air. On lève les bougies pour montrer notre présence. Tout est calme.

Au fond on entend les « casseurs », les projectiles qui retombent, les cris, on voit les CRS qui accourent, les journalistes qui photographient… Contraste, gros contraste.

On sent une force qui se dégage de ce rassemblement. Si la manifestation est contre le mariage pour tous, elle est également pour la défense de valeurs chrétiennes qui sont à la base de notre société. En adoptant une forme calme, en se tenant à l’écart des débordements violents, et en mettant en avant la culture, les veilleurs ont une vraie puissance qui, je l’espère, servira à la défense de nos valeurs.